Frufruthon #2 le 28 Janvier 2012

L’équipe de Crudités vous convie ce samedi au Frufruthon #2, un grand trek Paris / Saint-Ouen ponctué de haltes-soif et de catégorie expert pépère. Le trajet a été conçu, une fois de plus par notre guide de haute asphalte, le jeune Steak. L’arrivée est prévue en début de soirée à Mains d’Oeuvres pour le festival MOFO et, outre un concert de Frustration, un grand raoût sonique avec Country Teasers et autres Crack Und Ultra Eczema.

Le rendez-vous de départ est fixé à 14h30 au Café Saint Placide (sortie du Métro Saint Placide, L4). Les retardataires peuvent nous rejoindre en route en bippant sur ce mail.

« Ainsi la décision de boire ou non l’eau du robinet prend racine dans l’imaginaire de chacun »

Goût intrinsèque de l’eau


 » Une thèse qui apporte un certain nombre de réponses

C’est après un Master d’Ingénierie mathématiques réalisé à l’Université de Nantes, suivi d’un stage à l’Institut Français du Pétrole (IFP), que cet ingénieur diplômé de l’ENITIAA, l’Ecole Nationale d’Ingénieurs des Techniques des Industries Agricoles et Alimentaires de Nantes, a entamé ce travail. S’il n’avait pas encore travaillé dans le secteur de l’eau, en revanche il connaissait déjà l’analyse sensorielle qu’il avait pratiquée en particulier à l’ENITIAA.

« Beaucoup d’études ont été réalisées sur les faux goûts de l’eau, liés à des épisodes passagers de pollution. Mais sur le goût intrinsèque de l’eau, en l’absence de chlore, et plus généralement sur les préférences des consommateurs d’un point de vue global en France, quasiment rien n’avait été fait, même si je suppose que les minéraliers, de leur côté, disposent d’informations sur les préférences mais ne communiquent pas pour des raisons évidentes », explique Eric Teillet.

Pour évaluer le goût intrinsèque de l’eau, Eric Teillet a fait appel à deux sortes de panels, les uns composés d’une quinzaine de personnes entraînées à déguster, « des personnes utilisées comme des instruments de mesure qui notent des descripteurs sensoriels sur des échelles allant de 0 à 10 », les autres de consommateurs, parfois jusqu’à plusieurs centaines, « à qui nous demandons par exemple de faire un simple tri afin de regrouper des eaux dont le goût est semblable ou proche ».

Ce jeune ingénieur indique qu’il est alors possible d’obtenir une matrice de distance et d’en déduire les proximités entre les différentes eaux testées. Cela dit, avec ce type de méthodologie il est impossible d’agréger les données. « Aussi avons-nous développé notre propre méthodologie, le PSP pour Positionnement Sensoriel Polarisé. Il s’agit alors de demander à un panel de comparer un échantillon dégusté à l’aveugle à trois échantillons d’eaux minérales. Or comme celles-ci restent stables au cours du temps, on peut alors agréger les données obtenues et déterminer rapidement le goût de cet échantillon », résume-t-il.

La minéralité de l’eau est le déterminant du goût

Ces travaux ont permis d’observer que les déterminants du goût de l’eau, quelle que soit la provenance de celle-ci, sont toujours les mêmes. « En fait, tout est basé sur sa minéralité, qui dépend des minéraux présents et de leur quantité ». Ainsi Eric Teillet a pu montrer que les eaux faiblement ou très faiblement minéralisées présentent un goût amer et métallique. Les eaux moyennement minéralisées paraissent plus fraîches et sans goût particulier. Enfin, les eaux plus fortement minéralisées présentent un goût quelque peu salé.

Autre conclusion de ce travail : l’existence de trois profils de consommateur, avec 50% d’entre eux qui préfèrent les eaux moyennement minéralisées, contre 30% qui optent pour des eaux faiblement ou très faiblement minéralisées, les 20% restants aimant les eaux fortement minéralisées. « Faut-il penser que les personnes qui préfèrent les eaux faiblement minéralisées consomment souvent des eaux du robinet, également peu minéralisées », s’interroge Eric Teillet. Ce qui expliquerait alors que les habitudes de consommation influencent les préférences. « Il est indéniable que l’aspect psychologique joue un rôle non négligeable dans ces préférences », constate-t-il.

Enfin, le thésard dijonnais a également cherché à savoir quelles sont les eaux que préfèrent les consommateurs, et quelles sont celles qu’ils consomment effectivement. « Ainsi la décision de boire ou non l’eau du robinet prend racine dans l’imaginaire de chacun ». D’où l’importance de l’éducation et de l’information qui constituent le meilleur levier de la consommation d’eau du robinet, celle-ci étant considérée majoritairement comme bonne une fois déchlorée.  »

Source (sic)

Kalmoukie dans les médias


Photo: Tamaki

Souvenez vous nous avions parlé de la Kalmoukie dans l’une des dernières émissions de « Crudités« , l’an passé. Le sujet n’avait pas déchaîné les passions malgré un travail de préparation de longue haleine, emmitouflé dans une demi-douzaine de pulls en laine sur la Costa Brava avec un Oric 1. Voilà que ce pays se retrouve aujourd’hui sous le projecteur d’un média grand public: Le Monde (emphase). Voici l’article en question:

Kafka en Kalmoukie

L’improbable voyageur qui pose les pieds sur le tarmac de l’aéroport d’Elista pourrait croire à une erreur de pilotage. Le petit avion a survolé la steppe de nombreuses minutes avant d’atterrir, sans qu’apparaisse l’ombre d’une présence humaine à l’horizon. L’unique piste est vaguement balisée et les employés de l’aérogare grelottent dans le bâtiment non chauffé. Il s’agit pourtant de l’aéroport international d’Elista, comme l’a voulu le président kalmouk, Kirsan Ilioumjinov, l’homme qui dirige cette petite république de la taille de la Belgique, coincée entre le bouillonnant Caucase et la ville de Volgograd, l’ex-Stalingrad.

Les ruines industrielles abondent sur la route qui mène à Elista, la capitale de cette république membre de la Fédération de Russie. « Plus une seule usine ne fonctionne en Kalmoukie depuis l’arrivée d’Ilioumjinov au pouvoir », enrage Pavel, un chauffeur de taxi d’une quarantaine d’années. « Regardez cet élévateur à grain, ce bâtiment, tout cela est mort depuis longtemps », ajoute-t-il en zigzaguant entre les nombreux nids-de-poule au volant de sa petite Lada toussotante.

A Elista, la rue Lénine offre un spectacle plus réjouissant et, surtout, étonnant : des petits kiosques en forme de pagode vendent de l’encens ou des portraits du dalaï-lama, tandis qu’un bouddha jaune trône au bout d’un parc. Sur la place principale, un kürde, le moulin à prière bouddhiste, a détrôné Lénine, que l’on a toutefois pris soin de déplacer quelques dizaines de mètres plus loin.

La Kalmoukie est une excentricité culturelle dans cette région du sud de la Russie : chassés du Turkestan par l’empereur chinois au XVIIe siècle, les pasteurs kalmouks sont d’origine et de langue mongoles et de confession bouddhiste. Après avoir erré vers l’ouest en traversant l’Asie centrale, ils ont pris pied sur les steppes de la basse Volga et s’y sont installés, y gagnant au passage leur nom : kalmyk signifie « ceux qui sont restés » en mongol. Annexés par la Russie tsariste, déportés par Staline en 1943, puis autorisés au retour treize ans plus tard, les Kalmouks constituent aujourd’hui la moitié des 300 000 habitants de leur république, l’autre étant d’origine russe.

Entre Lénine et le kürde se dresse l’horrible Maison blanche, du plus pur style soviétique, siège du pouvoir kalmouk et du jeune président Kirsan Ilioumjinov. Le président est un personnage singulier : élu en 1993 avec un programme de revitalisation de la culture kalmouke et la promesse de donner « un téléphone portable à chaque berger », cet homme d’affaires âgé de 45 ans est également président de la Fédération internationale des échecs, sa grande passion, depuis 1995. Président baroque, il prétend avoir été enlevé par des extraterrestres en 1997 et gouverner la Kalmoukie grâce à un champ extrasensoriel qui chapeauterait la république.

Dès son arrivée au pouvoir, Ilioumjinov – qui a décliné toutes les demandes d’interview – transforme la Kalmoukie en zone offshore, avec la bénédiction de Moscou. De nombreux oligarques de l’ère Eltsine vont utiliser Elista comme boîte postale pour leurs entreprises. Ils n’investissent pas le moindre kopeck, mais arrosent généreusement le clan Ilioumjinov pour pouvoir s’implanter. Cette manne constituerait l’essentiel de la richesse du président, qui l’utilise pour mettre en branle des projets pharaoniques.

« A l’époque soviétique, il y avait une quinzaine d’usines ; aujourd’hui : zéro ! », confirme Grigori Goriaev, un ancien conseiller du président pour les questions culturelles, aujourd’hui farouchement opposé à « Kirsan ». « Le budget kalmouk est maintenant constitué à plus de 90 % de subventions fédérales, contre 70 % en 1993. » « Il a ruiné la Kalmoukie avec des projets insensés », renchérit Valeri Badmaev, rédacteur en chef de Kalmoukie soviétique, un journal qui, malgré son nom, est proche d’un parti de l’opposition russe conservatrice, le SPS. « Il voulait construire un cosmodrome, des studios de cinéma, un port sur la mer Caspienne… Jusqu’à maintenant, seule Chess City a vu le jour. »

La « Ville des échecs » constitue le fleuron des grands projets de cet étrange personnage. Derrière les dernières barres d’immeubles soviétiques décrépis d’Elista, une guérite marque le début de ce quartier flambant neuf, parsemé de petites statues représentant les différentes pièces d’un échiquier. L’ensemble est formé de dizaines de maisons d’apparence luxueuse, dominées par le Palais des échecs. Un immeuble de verre et de béton abrite des salles de jeu, où une centaine de gamins pratiquent le sport favori du président : de 6 à 16 ans, les échecs figurent dans le programme scolaire.

Les rues de Chess City sont aussi désertes que la steppe, à quelques centaines de mètres de là. « Il y a quelques habitants, mais pas beaucoup encore, reconnaît l’un des gardiens du Palais des échecs. Certains propriétaires sont des businessmen qui sont plus souvent à Moscou qu’ici. » L’une des résidences, gracieuseté du président kalmouk, appartenait au défunt champion du monde des échecs Bobby Fisher. « Il n’a jamais habité ici, rigole le gardien. De toute façon, ces maisons sont de mauvaise qualité, le sol est friable, on voit déjà des lézardes. » La construction de Chess City, commandée par Kirsan Ilioumjinov à l’occasion de l’Olympiade mondiale des échecs de 1998, a été réalisée à toute vitesse.

« L’Olympiade a marqué le summum de la mégalomanie d’Ilioumjinov, explique Grigori Goriaev. 1998 avait été sacrée « Année de l’élevage », la seule ressource encore disponible en Kalmoukie. Mais, faute de fonds suffisants pour l’Olympiade, le gouvernement kalmouk, qui est le principal exportateur de viande de la république, a promis une prime aux éleveurs sur le kilo de viande. Résultat : le cheptel kalmouk est passé de 3 millions de têtes à 300 000 ! »

Dans son bureau imposant, Anatoli Kozatchko, ministre et conseiller du président pour les questions d’élevage, trépigne de colère. « C’est faux, ceux qui disent de tels mensonges sont des ennemis du peuple ! », s’emporte le ministre dans une belle envolée soviétique. « Pour 300 000 habitants, nous avons plus de 2 millions de moutons, c’est 7,5 moutons par habitant ! », calcule le ministre en montrant d’innombrables photographies prises lors de la visite de Vladimir Poutine dans la république, en 2006. Cet ancien directeur de kolkhoze dirige le parti pro-Kremlin Russie unie en Kalmoukie.

A l’extérieur de la Maison blanche, difficile de trouver des partisans du président. Le salaire moyen est inférieur à 100 dollars par mois, les emplois sont rares. Dans les rues d’Elista, on croise peu d’hommes entre 20 et 40 ans : l’exode est important. « Selon les chiffres officiels, plus de 50 000 personnes ont quitté la Kalmoukie dans les sept dernières années, déplore le journaliste Valeri Badmaev. C’est plus de 15 % de la population ! »

Mais ce président qui roule en Rolls-Royce – une autre de ses passions – ne goûte guère aux critiques dans sa république des steppes. Les journaux d’opposition ont été fermés ou subsistent malgré de nombreux obstacles administratifs. Quelques jours avant la fameuse Olympiade de 1998, Ioulia Ioudina, une jeune journaliste de Kalmoukie soviétique, était assassinée alors qu’elle menait une enquête sur de supposés détournements de fonds au sein de l’entourage d’Ilioumjinov. Les exécutants, des proches du président, ont été arrêtés, mais les commanditaires sont restés impunis. Grâce à l’acharnement de Valeri Badmaev, Kalmoukie soviétique subsiste, mais sa parution est irrégulière et la rédaction confinée à la chambre d’un hôtel miteux.

Kirsan Ilioumjinov a toujours eu le soutien de Vladimir Poutine. Depuis 2004, les dirigeants des républiques ne sont plus élus, mais nommés par le Kremlin. Le voilà donc libéré du suffrage populaire. Du dalaï-lama au colonel libyen Kadhafi, son carnet d’adresses international est étonnant. Très proche de Saddam Hussein, il était envoyé à Bagdad par Vladimir Poutine deux jours avant les premiers bombardements américains de 2003 pour tenter de convaincre le président irakien de lâcher du lest.

Après avoir passé la première décennie de sa présidence à parcourir le monde – au cours de l’année 1999, il n’a passé que dix-huit jours dans sa république -, Kirsan Ilioumjinov semble vouloir aujourd’hui redorer son image, en mettant l’emphase sur les aspects religieux et culturels du peuple kalmouk.

Le président, que l’on dit athée et qui ne parle pas kalmouk, a fait de 2008 l’Année de la langue kalmouke – à peine 5 % de la population la maîtrise correctement. Incapable de résister à un projet grandiose, Kirsan Ilioumjinov a également fait sortir de terre le plus grand temple bouddhiste d’Europe – 64 mètres de haut – pour 20 millions d’euros. Erigé au bout de la rue Lénine, le temple connaît une réelle activité, et les fidèles sont nombreux à venir prier ou consulter les moines qui défilent, toge orange et crâne rasé.

L’avenir de Kirsan Ilioumjinov semble sans nuages. Le maire d’Elista a bien tenté de devenir vizir à la place du vizir, mais Kirsan est soutenu par Moscou, et l’arrivée au Kremlin de Dmitri Medvedev ne devrait pas modifier considérablement les directions régionales. Le sort de la Kalmoukie est plus incertain : exsangue, frappée par un exode important, dépourvue de ressources, la petite république semble avoir bien peu d’atouts.

« Quinze ans de règne de Kirsan ont mis la Kalmoukie en faillite, explique Gregori Goriaev. Je ne sais pas comment ce peuple pourra survivre s’il reste quinze ans de plus.

Source

Coffee or not coffee


Asimo sert le café…

Steve Wosniak : l’intelligence, c’est de savoir faire le café

Contrairement à Bill Joy, Steve Wosniak, le célébrissime créateur des premiers Apple, n’a pas peur que “le futur n’ait pas besoin de nous“. Lors de la conférence Up Experience qui s’est tenue à Houston, il a émis des doutes sur la capacité des robots à atteindre l’intelligence humaine avant très, très longtemps. En désaccord avec Ray Kurzweil, lui aussi présent à la conférence, et qui, conformément à son habitude, a proclamé que leurs capacités mentales dépasseraient bient! ôt les nôtres, Wosniak a affirmé dans une interview au Houston Chronicle que “nous n’en sommes pas près. Je ne crois même pas que nous ayons accompli la première étape. Je pense que nous comprenons à peine comment fonctionne l’esprit.”

Pour lui, un exemple de comportement intelligent consisterait à pouvoir faire une tasse de café dans n’importe quel environnement : “Vous pouvez aller chez moi et faire une tasse de café. Ou je peux aller chez vous et faire une tasse de café.” Un robot, au contraire, même s’il est capable de jouer les serveurs, ne peut effectuer ce genre de tâche que dans un lieu qu’il connait très bien, avec une procédure parfaitement intégrée.

Le Houston Chronicle rapporte aussi que Wozniak en a profité pour offrir sa solution aux crises écologique et démographique. Il suffirait de placer un capteur GPS sur chacun d’entre nous, afin de pouvoir tracer tous nos déplacements ! “Personne ne voudrait vivre dans un monde pareil”, a-t-il expliqué. “Et surtout, personne ne voudrait avoir d’enfants dans un pareil monde. Donc, la population diminuerait et chacun disposerait de suffisamment de ressources.”

Celui qui a dit “méfiez-vous d’un ordinateur que vous ne pourriez pas jeter par la fenêtre” n’a pas perdu son humour ni sa fibre anarchiste.

Source


« Euh l’intelligence c’est de ne pas porter de t-shirt hard-rock café? »

le site de Steve Wosniak

la page wikipedia sur Steve Wosniak

les vidéos d’Asimo le petit robot

Crudités Radio Show Party #7 / Samedi au Baron-Samedi

 

 Crudités Radio Show Party #7

Samedi au Baron-Samedi

 

nico-sdz-syle

La saison DJ est à peine terminée que les DJettes préparent déjà l’année 2008. Premier Tiers I de l’année inscrit au calendrier, le « Crudités Radio Show Party #7 » a d’ores et déjà enregistré les inscriptions de Flow et Maïa, respectivement numéros 1 et 3 hexagonales, ainsi que celles de l’Américaine Un et de la Russe Pom.

Un début plein de promesses pour le rendez-vous indoor parisien qui se dote, d’entrée, de très sérieuses candidates à la victoire. Au premier rang : l’ex-numéro 1 mondiale Flow. La protégée de Steak, qui fêtera là sa onzième participation, a, depuis 2001, toujours rallié le carré VIP, empochant au passage la victoire à deux reprises (2001, 2006). Manue, qui lui a barré la route en 1999 et 2003, viendra pimenter des débats que le tirage au sort pourrait, d’emblée, rendre houleux.

Delphine sera de la partie pour grossir les rangs frenchies. Devenue numéro 1 hexagonal au terme d’une saison réussie, « Little Delphine » n’a, pour le moment, jamais réussi à briller au Baron Samedi comme elle l’aurait voulu. Quart de finaliste en 2005, la dynamique DJette avait quitté le tournoi prématurément, évincée d’entrée par sa compatriote Marie. Une envie de bien faire partagée par la dernière entrante, Un, quart de finaliste l’an passé, sortie avec perte et fracas par une Pom remontée, qui avait été contrainte de batailler dur pour venir à bout de la retorse russe.