Crise alimentaire : Haïti

Interview d’une haïtienne installée en Guyane.

Source

Publicités

Coffee or not coffee


Asimo sert le café…

Steve Wosniak : l’intelligence, c’est de savoir faire le café

Contrairement à Bill Joy, Steve Wosniak, le célébrissime créateur des premiers Apple, n’a pas peur que “le futur n’ait pas besoin de nous“. Lors de la conférence Up Experience qui s’est tenue à Houston, il a émis des doutes sur la capacité des robots à atteindre l’intelligence humaine avant très, très longtemps. En désaccord avec Ray Kurzweil, lui aussi présent à la conférence, et qui, conformément à son habitude, a proclamé que leurs capacités mentales dépasseraient bient! ôt les nôtres, Wosniak a affirmé dans une interview au Houston Chronicle que “nous n’en sommes pas près. Je ne crois même pas que nous ayons accompli la première étape. Je pense que nous comprenons à peine comment fonctionne l’esprit.”

Pour lui, un exemple de comportement intelligent consisterait à pouvoir faire une tasse de café dans n’importe quel environnement : “Vous pouvez aller chez moi et faire une tasse de café. Ou je peux aller chez vous et faire une tasse de café.” Un robot, au contraire, même s’il est capable de jouer les serveurs, ne peut effectuer ce genre de tâche que dans un lieu qu’il connait très bien, avec une procédure parfaitement intégrée.

Le Houston Chronicle rapporte aussi que Wozniak en a profité pour offrir sa solution aux crises écologique et démographique. Il suffirait de placer un capteur GPS sur chacun d’entre nous, afin de pouvoir tracer tous nos déplacements ! “Personne ne voudrait vivre dans un monde pareil”, a-t-il expliqué. “Et surtout, personne ne voudrait avoir d’enfants dans un pareil monde. Donc, la population diminuerait et chacun disposerait de suffisamment de ressources.”

Celui qui a dit “méfiez-vous d’un ordinateur que vous ne pourriez pas jeter par la fenêtre” n’a pas perdu son humour ni sa fibre anarchiste.

Source


« Euh l’intelligence c’est de ne pas porter de t-shirt hard-rock café? »

le site de Steve Wosniak

la page wikipedia sur Steve Wosniak

les vidéos d’Asimo le petit robot

Nouveau: le répulsif anti-jeunes


La pub sur France 2

Le répulsif antijeunes qui fait débat 

8 mois après le spray anti-SDF, voici le boîtier à ultrasons antijeunes qui relance la polémique. Diffusant des bruits insupportables que ne captent que de jeunes oreilles, cet outil est diffusé en France depuis plusieurs mois de manière confidentielle.
 
APRÈS le Malodore, le spray anti-SDF du maire d’Argenteuil, voici le Beethoven, le répulsif anti-ados, qui chasse les jeunes des halls d’immeubles. Commercialisé en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas depuis presque deux ans, ce boîtier arrive en France. De son nom d’origine Mosquito, mais rebaptisé Beethoven par le distributeur, cet appareil, vendu pour « adoucir les moeurs », si l’on en croit la publicité, agit là où les pétitions, les dépôts de plainte, les rondes de police ont échoué.

Distribué confidentielle ment

Son secret ? Le petit boîtier envoie des sons suraigus, audibles seulement par une partie de la population. En l’occurrence, les jeunes, directement visés. Ils ont encore l’ouïe suffisamment fine pour percevoir ces fréquences. Agacés par le bourdonnement strident de l’appareil, à mi-chemin entre le « bzzz » du moustique et le grésillement du néon, les ados passent leur chemin.

Cette technologie a déjà séduit les épiciers nocturnes de Grande-Bretagne. Les polices municipales des Pays-Bas l’installent dans les cours d’école pour empêcher les élèves d’y traîner hors des temps scolaires. En France, distribué de manière confidentielle depuis quelques mois, le boîtier a conquis une cinquantaine de bailleurs sociaux et de syndics de copropriété du Sud-Est, mais aussi des particuliers, excédés par la présence prolongée des ados en bas de chez eux. Des villes auraient démarché la société distributrice. Mais aucune n’a encore osé franchir le pas. De peur d’être taxée d’« antijeunes ».

« Les municipalités, qui font de ce genre d’outils un argument d’attractivité en sont avides. Et elles sont conscientes qu’il leur faut les introduire en douceur pour qu’ils soient acceptés », décrypte le sociologue Jacques Donzelot. « Ubuesque » pour les uns, « discriminatoire » pour les autres, ce « joujou » va à l’évidence créer la polémique. D’ores et déjà, en Belgique, des élus se mobilisent pour que l’Europe interdise son utilisation. Leur argument : « Les jeunes ne sont ni des parasites ni des nuisibles pour notre société. »

Source

Autre article sur le sujet

Des précisions

Site du distributeur français

Pétition

Ils doivent se retourner dans leurs tombes: